Être auteure



Depuis 2016 j’écris des ouvrages techniques pour les éditions ENI.

Avez-vous déjà eu envie d’écrire un livre ? Moi oui. Depuis toute petite je rêve de publier un livre et d’obtenir le prix Goncourt. Il faut avoir des rêves dans la vie. Mais ce n’est pas avec des ouvrages consacrés à l’informatique que j’obtiendrai ce prix tant convoité.


Comme j’aime à le rappeler en préambule de mes conférences, je ne suis pas informaticienne, je ne suis pas une scientifique. J’e suis une ancienne archéologue et mon métier aujourd’hui c’est transmettre. Je suis une médiatrice.

C’est totalement par hasard que j’ai répondu à une annonce émanant des éditions ENI qui cherchaient un auteur sur Scratch.


Scratch c’est mon dada. Il s’agit d’une interface, d’un langage de programmation développé par le MIT pour permettre aux enfants de découvrir le coding.

C’est mon goût pour la transmission, la médiation (et ma curiosité naturelle) qui m’ont amené peu à peu vers le monde des sciences pour glisser vers la programmation, la robotique, l’électronique. Avec toujours comme ligne directrice : transmettre aux plus jeunes, aux adultes, au plus grand nombre. 

J’aime à me définir comme une pédagogue, avec un petit grain de folie.  


Publié en septembre 2016, Scratch - S’initier à la programmation par le jeu - est mon premier ouvrage. En 2017 j’ai co-écrit avec François Mocq, un ouvrage sur Scratch et le Raspberry Pi (S’initier à l’électronique et à la robotique). Et suite à la sortie d’une nouvelle version de Scratch, Scratch 3 en 2019.

Aujourd’hui, nous préparons avec François un nouvel opus sur Scratch et Raspberry Pi. On arrête pas une équipe qui s’entend bien.


L’écriture de cet ouvrage est l'objet de cette nouvelle page. 

Comme un journal intime, je vous propose de partager les étapes de son écriture

Mon objectif est de vous faire vivre cette aventure, qui en est toujours une ... même après l'écriture de trois ouvrages.


Ajout du 20 juin 2020 ⬇

1 - Le jour où tout a commencé 

Tout a commencé en Février 2020 dans un gîte en Bretagne.

Avec François nous venions de terminer le salon Tech’Inn Vitré organisé par Makeme. C’est autour d’un verre que nous nous sommes mutuellement posés la question. « On écrit un nouveau livre ? » La question nous trottait à tous les deux dans la tête. Nous avions déjà la réponse 👌

François avait publié deux mois auparavant Raspberry Pi 4 et moi Scratch 3. Depuis l’été, Scratch 3 était porté sur Raspberry. Le timing était bon.

Nous avons sorti un bout de papier, nos carnets de notes, et, sur le coin de la table, tracés les grandes lignes de l’ouvrage, les sujets que nous allions aborder. 




Notre première collaboration en 2017 s’est faite naturellement.

ENI désirait sortir un livre sur Scratch et Raspberry Pi. François est venu à Paris à la librairie Eyrolles pour une conférence dans le cadre de la sortie de son nouvel ouvrage sur Raspberry Pi.

Nous ne nous étions jamais rencontrés. Nous nous suivions mutuellement sur les réseaux sociaux. Les auteurs ENI forment une grande famille, en fonction des affinités « matériel » et au-delà.

C’est autour d’un verre (déjà !) après sa conférence, que je lui ai proposé une rédaction conjointe.

Je savais que François était assez occupé et qu’il hésitait à s’engager dans l’écriture d’un nouvel ouvrage, si peu de temps après la sortie du dernier.

De mon côté je ne me sentais pas les compétences techniques pour traiter du Raspberry Pi seule.

Avec François (je ne pense pas me tromper en parlant en son nom) nous nous sommes tout de suite appréciés. Nous avons appris à nous connaître petit à petit : lors des échanges pour écrire notre premier ouvrage, pendant les salons auxquels nous participons, en partageant des repas, des gîtes, des promenades ensemble. Nous sommes certes des co-auteurs, mais avant tout nous sommes devenus des amis. 

(Vous connaissez l’histoire du Petit Prince et du Renard !).

Le projet de co-écrire un deuxième ouvrage est d’abord resté confidentiel. Nous avons préféré attendre avant d’annoncer la nouvelle à notre maison d’éditions. Nous savions qu’ils seraient ravis mais attendre permet de retarder la mise sous pression (que nous nous mettons nous même).

En effet, lorsque la décision est prise d’écrire un livre, nous savons que pendant 6 à 9 mois nous n'allons penser qu’à ça. Il est toujours présent dans un coin de notre tête.

C’est Julie Potier, chargée des relations auteurs, qui a eu la primeur de la nouvelle à son retour de congé maternité et au début du confinement. Je peux vous l’avouer, nous attendions son retour 😉

C’est donc en plein confinement que nous nous sommes lancés dans l’écriture de ce nouvel opus : François au Creusot et moi à Perpignan.

Nous avions envisagé des week-ends de retrouvailles et d’écriture en Bourgogne ... ainsi que dans le Sud … ce sera pour le prochain livre, ou pour la relecture. 


Ajout du 27 juin 2020 ⬇

2 - La Table des Matières, le fil conducteur

Etant déjà auteurs avec François, nous n’avons pas eu à franchir l'étape de validation, afin de savoir si nous étions capables de rédiger un livre.

Lorsque j’ai postulé en 2015 pour l’écriture de mon premier ouvrage, il m’avait été demandé une Table des Matières (TDM) détaillée. Ainsi qu’une dizaine de pages sur une partie de l’ouvrage (hors description de l’interface) afin de valider mes compétences rédactionnelles.

Ecrire les premières phrases sont difficiles. Il faut trouver le bon ton. Ne pas être familier, tout en étant agréable à lire. Etre intéressant, sans partir dans des longs discours hors sujet. Etre claire et précis.

Une fois que nous avons acté, auprès des éditions ENI, l’écriture de ce nouvel opus nous avons procédé à l’élaboration et l’envoi de notre Table des Matières à Jérôme Gabillaud. Très réactif, il l’a validée rapidement. 

Cette table des matières est un carnet de bord. Elle nous sert, et elle sert aux équipes ENI, à suivre notre progression dans l’écriture. 

François a créé un fichier Excel dans lequel nous ajoutons au fur et à mesure les différents chapitre en mentionnant : 

  • L’état d’avancement
  • Le nombre de caractères
  • L’état de relecture

Ce document est régulièrement envoyé à Marion Raffin qui suit notre avancée. Plus la date de livraison du manuscrit approche, plus les points sont fréquents !

Dans ce document Excel, une section concerne les « nouveaux chapitres » qu’il va falloir intégrer dans notre TDM initiale.

En effet, j’ai écrit trois livres, présenté trois Tables des Matières à Jérôme et elles ont toutes les trois évolué au fur et à mesure de l’écriture. Des chapitres sont scindés, d’autres sont regroupés, et de nouvelles parties sont ajoutées. C’est surtout le cas au niveau des projets.

Pour moi, l’informatique, la programmation, l’électronique doivent être pratiques : apprendre en s’amusant, apprendre en faisant.

Au collège j’adorais les cours d’EMT (la technologie aujourd’hui). Dans un livre ce que je recherche ce sont des cas concrets, des projets à réaliser. Quand j’écris un livre, je pense à celui que j’aimerai trouver dans les rayons des librairies.

Mais les projets ne sont pas déjà inscrits dans notre tête lorsque nous rédigeons la TDM. Ils mûrissent au fur et à mesure de l’écriture. 

Pour les projets, je me nourris de mon environnement, des rencontres, des lectures. Et je teste sa viabilité.

Pour mon premier ouvrage Scratch – s’initier à la programmation par le jeu – j’ai utilisé mes élèves comme Beta testeurs pour certains jeux. Comme je le rappelle très souvent : « je ne suis pas une Gameuse ».


Mon jeu le plus célèbre « à travers la France » a été créé lors d’un séjour au ski en 2018.

Pendant que tous étaient sur les pistes, j’ai réalisé le jeu des Pingouins sur une Breadboard avec 4 LEDs et 4 boutons poussoirs. Le soir, le jeu a été testé et validé par mes filleuls.

Comme quoi, il faut toujours avoir sa trousse de secours de composants en voyage !

Ce jeu a a ensuite été présenté dans divers salons, à Nevers, Nantes, à Vitré, à Paris, où il a été très apprécié.

En Février 2019 les Pingouins ont tiré leur révérence des salons pour laisser la place à de nouveaux projets. Ils sont désormais entrés dans la postérité en faisant l’objet d’un chapitre dans mon livre sur Scratch 3 (non je ne suis pas mégalo).

 


Pour ce prochain ouvrage sur Scratch 3 et Raspberry Pi un nouveau chapitre a vu le jour pendant le confinement par rapport à la TDM initiale. Il a pour nom (provisoire ?) Petits circuits

Ce chapitre regroupe des circuits faciles et fun à réaliser. C’est une mise en bouche avant de passer à la réalisation de projets plus complexes dans les chapitres suivants. 

Mais je ne vous en dis pas plus 😉


Ajout du 11 juillet 2020 ⬇

3. Ecrire un ouvrage, ça prend combien de temps ?

Il est, je pense, possible d’écrire un ouvrage technique en deux mois si celui-ci traite d’un seul et gros projet et si vous n’en êtes pas à votre premier livre. Et si vous êtes en confinement !

Le confinement nous a permis avec François de rédiger toute la partie technique/ logiciel/ environnement. Mais pour les projets il faut un peu plus de temps.

Lors de l’écriture de mon premier ouvrage, Jérôme Gabillaud m’avait conseillé de ne pas y consacrer plus de six mois. Au-delà une lassitude se met en place, et l’ouvrage est petit à petit délaissé. Un autre de ses conseils : tenir compte de mon planning personnel (travail, famille, vacances) et non d’un éventuel planning éditorial. 

Une fois que l’écriture du livre est validée, la date de remise de l’épreuve est planifiée. C'est l'auteur (en tout cas chez ENI) qui décide de la date.Entre cette date, et la sortie de l’ouvrage en librairie trois mois s’écoulent pendant lesquels :

  •  L’ouvrage est lu par un correcteur
  • La PAO vérifie la qualité des différentes illustrations et réalise la mise en page. Un premier test qualité est effectué environ un mois après le début de l’écriture afin que l’auteur n’ait pas à refaire toutes ses illustrations au dernier moment
  • Un mois et demi plus tard, l’auteur reçoit le retour du correcteur et de la PAO et effectue des corrections en fonction des remarques. C’est la phase de relecture.

 

Pour la phase de relecture une semaine environ est balisée. Pendant cette semaine, l’auteur procède aux modifications, refait les illustrations qui posent problème au niveau de la PAO, et réalise son Index. Un mois plus tard l’ouvrage est disponible en librairie

 

Les trois mois sont parfois réduits à deux mois. Ce fut le cas pour notre premier ouvrage en collaboration avec François. Sa sortie était initialement prévue pour janvier. Elle a été avancée en décembre en raison de la sortie d’une nouvelle collection, la collection La Fabrik. De notre côté, ce changement de date n’a eu aucun impact. C’est l’équipe de chez ENI qui a dû réaliser le travail en un temps plus court, deux mois au lieu de trois.

Pour ce quatrième ouvrage, la remise des épreuves est programmée pour la fin Août/ début septembre. Et sa sortie Décembre. 

La phase de relecture devrait avoir lieu deuxième quinzaine d’octobre.

Nous pourrons peut-être, en fonction des conditions et restrictions liées à la crise du COVID réaliser cette relecture ensemble avec François 😊


Ajout du 25 juillet 2020 ⬇

4. Les aléas des mises à jour dans l'informatique

L’écriture d’un livre dans le domaine de l’informatique n’est pas un long fleuve tranquille, il est parsemé d’aléas que nous ne pouvons pas toujours maîtriser. Pour mon premier ouvrage, sur Scratch, peu de mises à jours sont venus perturber la rédaction de l’ouvrage. La version 2 de Scratch était déjà bien implantée dans le paysage. Ce sont surtout quelques blocs qui ont subi des modifications de traduction : 

quand drapeau vert est pressé  ➔ quand drapeau vert est cliqué

 

Pour Scratch et Raspberry Pi sorti en 2017 ce fut différent. Scratch 2 n’était pas supporté sous Raspbian. C’est donc l’ancienne version 1.4 qui a été choisie avec les extensions développées par Simon Walters pour pouvoir contrôler un plus grand nombre de composants.

Mais au mois de juin, (comme c’est souvent le cas) alors que le livre doit être achevé pour le mois de Septembre, la fondation sort une nouvelle distribution, Stretch qui vient remplacer Jessie. Cette nouvelle distribution propose Scratch 2 mais seulement  deux blocs sont disponibles pour contrôler des composants, ce qui limite les utilisations. Et aucun bloc ne permet de contrôler la Sense HAT. Que faire? 

Heureusement, Simon Walters développe très rapidement l’extension Scratch2Gpio

Des aller-retour de programmes et de tweet privés sont effectués entre l’Angleterre et la France pour debugger la nouvelle extension. Une prise de commande à distance de mon Raspberry est même effectuée par Simon.

L’écriture du livre peut continuer. Ce sont essentiellement toutes les captures d’écrans qui doivent être modifiées !  

Pour ce nouvel ouvrage nous sommes passés entre les mailles du filet. 

En juin 2019 le Raspberry Pi 4 est sorti, accompagné de sa nouvelle distribution Buster. Et en août, Scratch 3 était enfin portait sur Raspbian. 

Encore une fois toutes les extensions n’étaient pas disponibles. Heureusement les irréductibles anglais, en l’occurrence Alan Yorinks, a développé des extensions pour gérer les signaux PWM, les servomoteurs et autres composants bien utiles. Alan a également développé des extensions pour contrôler, avec Scratch, des microcontrôleurs (Arduino, ESP32). 

Grâce à des extensions, Scratch 3 offre encore plus de possibilités pour l’apprentissage de la programmation et de l’électronique.

Et si une version française des blocs existe c’est grâce à la coopération entre Makers Anglais et Français. 

Vous retrouverez le fruit de cette coopération dans le livre Scratch 3 et Raspberry Pi 4 😇


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Concours Scratch et Raspberry Pi

Faire du pixel art avec Scratch

Scratch - Dessiner dans un repère orthonormé